Temps Mort

by CORBILLARD

supported by
/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

1.
Les porcs sortent à découvert, on a baissé la garde Quand c’est trop beau pour être vrai, c’est trop laid pour être faux A faire tomber nos frocs, on fera couler vos barques et vos trésors finiront par sombrer Même en or, vos parachutes vont lâcher Plus c’est gros, plus ça passe Plus c’est gros plus ça passe mais on a brisé la glace Pas celle qui nous sépare mais l’enseigne de vos arnaques Autant vous mettre au jus avant de vous mettre au frais Le bois rêche du banc des accusés est moins doux que vos sièges de députés Plus c’est gros, plus ça passe
2.
Un différend met le feu à un torchon. Le voyeur s’improvise une nouvelle émission Pour un mauvais arbitrage, une amitié s’effondre. Bernard appelle les flics, on a souillé son gazon Il est temps d’arrêter d’en perdre, il est temps d’arrêter d’en perdre Adversité ma belle, tu n’auras plus ma compassion Parce que tellement de choses en valent la peine alors que tant de victoires sont futiles Parce qu’il est trop aisé d’attiser la haine alors que tellement de défaites sont utiles Parce que la route n’est pas bien longue, laissons faner les mauvaises questions Un retard imprévu et une baston. Un commentaire miteux met le feu à une publication 101 appels, la tension monte. Les barbelés s’installent, le nerveux monte au front
3.
Faits divers 02:07
Divers conflits attisés continuent à diviser, diverses frasques et scandales étouffés Divers ministres assassins accrochés au pouvoir, diverses victimes anonymes empilées On se fait aux effets d’un système imparfait qui n’est fait, en effet, que de faits divers Au faîte du marécage, comme des oiseaux en cage. Avec nos certitudes, nous n’irons nulle part Diverses vies qu’on méprise, elles ne rapportent pas. Sur l’échelle du profit, on en est là! Divers barrages inutiles qu’on ne veut plus forcer, divers bagages dont on ne peut se séparer
4.
Deux-mille 03:03
Tragiquement "deux mille" ils ont choisi l’impasse et fixé obsolescence pour seule épitaphe Assurés dans nos choix on pensait s’en tirer, en floutant l’épouvante ils nous ont plantés Archaïques, démodés, on a fixé la date en déniant la panique que les écrans effacent On se glisse gentiment dans notre charnier, on prépare docilement notre propre enterrement Deux mille comme déjà périmé on a travaillé dur sur notre reddition. On digère le buffet puis sa péremption Deux mille et déjà dépassé en y goûtant encore on réduit les options. Au générique de fin, chacun aura son nom
5.
Les cibles 02:26
Une cible fictive pour oublier la bonne, une fausse injustice lancera la discorde Et sur le ring un match de faux-ennemis amusera le despote A nous monter l’un contre l’autre, le guerrier devient un pantin Maîtres du jeu à nous faire affronter nos semblables et qui rira bien ? Une paire de gants suffit à nous enfiler. On se pense acteurs, pauvres gladiateurs Nous ne sommes que divertissement dans une comédie permanente De la frustration à l’oubli, ils ont terminé le pont Une coupe de champagne à la main, ils badinent depuis le balcon Quand le ring finira par céder, j’espère que vous pourrez comprendre enfin Que la rencontre était bel et bien programmée, l’un contre l’autre par un ennemi commun
6.
Temps mort 02:14
Parfois malsains, souvent perdus, quand l’ironie de notre sort ne fonctionne plus On se retourne, on ferme la porte, on se retrouve, on se transporte Autour d’une bière et quelques shots On s’accorde un temps mort on s’improvise un enterrement Attendant nonchalamment que la faucheuse nous passe la corde A moitié sobres, à moitié fous, on ne sait pas ce qu’on veut mais bien ce qu’on ne veut plus Ce soir on masque l’important. Plus rien ne compte, pas même le temps. La raison passe au dernier plan Un temps mort pour échapper aux offenses et à leurs chants Ma divine légèreté je t’embrasse inlassablement Tant qu'on pourra marcher et passer d’un point A à un point B. Briller, brûler, redevenir charbon sans regret On n’a pas été préparés, on bricole des trucs pour flotter. Sans rien apprendre de nos erreurs On bannira la cohérence, le sommeil et les conséquences. On vivra mal et peu mais pour toujours
7.
Clandestines 02:18
Ivre de réflexions fanées De quelques phrases dérisoires partagées effacées certainement de nos mémoires à présent Mais ivre d’échanges alcoolisés, de débats éphémères sur la route dont j’essaie de me souvenir péniblement Et j’en suis sincèrement désolé. Vos visages ne nous sont plus familiers Qu'importe les épisodes que le temps nous a repris, on lui cachera toujours quelques marques clandestines Ne prenez pas mes oublis pour des défis. J’ai jamais fait dans l’arrogance. Si je ne vous remets pas, refaisons connaissance Faites des signes, poussez-moi, revenez comme les souvenirs nous reviennent Si rien ne vous semble périmé ça en vaut peut-être la peine
8.
Tout brûle 01:53
Les sirènes grondent, l’alarme est déclenchée. "Tout brûle!" Ouais, on arrive on finit juste notre part... Putain on s’est tiré une balle dans le pied. Dédramatise, ils viennent se prosterner, on a un autre chat à fouetter A traquer, occupés à garder nos biens l’anxiété a pris la possession du terrain Inconscients, suicidaires, on est mort c'est certain. On barricade les portes de Rio à Berlin A s’attarder à défendre le fort, on en oublie qu’on scie toujours la branche Étant sidérés quand un drame vient nous surprendre A suivre nos oracles aveuglément, on a oublié ce dont on dépend jouant l’amnésie sournoisement
9.
Saigner 02:05
Dans chaque écrin de liberté, dans leurs matraques, nos pensées, dans le plus innocent des rêves Ils plantent un clou, ça va saigner Dans nos postures, nos cahiers, même au fond de nos poches, dans l’insouciance collective Ils plantent un clou, ça va saigner A tous les moins que rien, à tous les saboteurs, à tous les marginaux A vous les enfants de la résistance, à vos précieuses désobéissances, indociles, partisans ou révoltés A vos exploits aussi anodins qu’ils soient, donnons-nous la force de ne plus pleurer
10.
On est sans doute allés trop loin. L’ardoise, elle sera pour demain. On ferme les yeux et on attend un réveil serein On défie les lois, on joue aux saints. On se plaît à toiser nos voisins. On joue aux mains tout en condamnant le vilain On se prend pour Icare au soleil, on boit du Ricard au réveil et on en rit car on est fiers. On se brûle les ailes On prêche le bon, on nie le reste, on rêve de beau, on fait de la merde, on se prend pour les maîtres du ciel Je nous déteste, je nous déteste. On croit contrôler le virage mais on met juste le doigt dans l’engrenage On hait l’abominable mais on en est les rouages Arrogants jusqu'au bout des lèvres, on a oublié qu’on était poussière, on la ramènera moins une fois gueule en terre
11.
Voici nos excuses, mais pas pour nos pêchés. Plutôt pour votre manque d’ouverture et votre obsession à stigmatiser Monsieur Le Vicaire, la porte était ouverte mais vous l’avez claquée Sans nous laisser nous expliquer, à vous, à vos grenouilles et autres bénitiers Ni démons, ni sorciers, pourtant vous nous avez chassés Mais s’il vous plaît ne nous faites plus payer le fruit de vos colères et frustrations Nous assumons le ton de notre humour, pas le déclin de votre religion Exclus de votre temple, mais le saviez-vous? La vraie vie est dehors! Et tant que vous n’aurez pas compris vous continuerez à hâter votre propre mort
12.
Dernier acte 03:44
A la lueur nocturne, je t’enlace, Crépuscule. J’abandonne calmement la raison et ses pièges Attendant que le marteau vienne frapper l’enclume Et noyer le peu qu’il nous restera de joie au fond d’un verre immense, au fond d’une gerbe immonde Je me noie, je te noie et la nuit sera longue. Quand l’altruiste est caché, il fait place au cas social Il en crève d’envie. Il en crève de soif Une triste mise en scène parfaitement non-rodée. La bouteille ou le flingue peu importe le style Le spectacle se jouera à guichet fermé. DERNIER ACTE! Nous n’avons plus sommeil et la lassitude de l’inertie n’y fait rien. Nous n’avons plus sommeil Nous n’avons plus sommeil et l’angoisse de la tragédie n’arrange rien. Nous n’avons plus sommeil Oublions les excuses la douleur et les questions sans réponses Le rideau est tombé et les acteurs s’enivrent à poings fermés Menottés à la loose, à la peur du mépris, aux angoisses, à l’effroi, à la fête, à la nuit Aux paroles dans le vent, à la merde, à l’ennui, aux mauvais scénarios, aux mauvais gabarits Au bancal, aux accords dissonants et au bruit, à l’envers du décor du speed à l’insomnie A l’évidence enfin d’un éternel oubli négligés de tous dans un défunt tunnel. Nous n’avons plus sommeil

about

Label : Panda Records, 2K10 Records, AEM Project, I For Us Records

released September 2020

Enregistré et mixé par Laurent Fontenelle au Polski Studio (BE)
Janvier-Mars 2020
Mastering : Laurent Fontenelle
Artwork : DIsmay Design (USA)
--------
Recorded and mixed by Laurent Fontenelle at Polski Studio (BE)
January-March 2020
Mastering : Laurent Fontenelle
Artwork : Dismay Design (USA)

credits

released September 25, 2020

license

all rights reserved

tags

about

CORBILLARD Belgium

Since 2010, CORBILLARD hits the road from east to west, playing an outer-grave, rapid, cutting and unrespectful punk-rock, sung in French. 400 gigs, throughout Western and Eastern Europe and Canada. Common placing in the coffin !
An efficient passage to the urns !
A beneficial trip in a hearse (Corbillard)!

Off we go towards death, off the beaten track, spitting out injuries, irony and scandal !
... more

contact / help

Contact CORBILLARD

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like CORBILLARD, you may also like: