We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

J'irai m'crasher sur vos tombes

by CORBILLARD

supported by
/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.
    Purchasable with gift card

      name your price

     

1.
23h59 00:53
2.
A voix cassée on s’égosillera encore au nom de la cause A beugler à saturation de l’asphyxie de l’oppression La voix cassée mais les yeux rivés sur un système qui implose Des humains déshumanisés d’addictions en soumissions A voix cassée Et si la chute importe peu, L’atterrissage est moins Byzance Refus de jouer à sauve qui peut alors inversons les tendances Que de défaite,que d’abandon Que de retraite, de rétraction Allez aphones retour au front A voix cassée quitte à passer pour de pieux rêveurs attardés Les étiquettes sont faite pour les Marrart qui portent des gilets La voix cassée comme bande annonce pour une émeute à étouffer, Son d’une révolte de sans-voix toujours muets dans la colère A voix cassée Et si la chute importe peu, L’atterrissage est moins Byzance Refus d’jouer à sauve qui peut/ alors inversons les tendances Que de défaite Que d’abandon Que de retraite De rétraction Allez aphones retour au front
3.
Aller-retour 03:09
Gavé des flingues du tourment Je me suis arraché de l’horreur Un aller simple pour l’occident Fuyant le sang et la terreur Les yeux remplis de vaines lueurs Juste un mirage en gros un leurre Sans papier sans statut, tous les rêves se déchirent Arraché, à la rue, quand les desseins se brisent Terre d’accueil proclamée ce n’est qu’une belle illusion Qui ne cache en vérité qu’une nouvelle exclusion Élevés dans la crainte ils érigent des barrières Et nous saoulent avec leur ouverture des frontières L’apartheid est présent jusqu’ici en occident Ils cultivent la peur, se méfient des différences Parachuté dans une impasse En manque de racines et d’argent Beaucoup de taf, rien que du black Sur le qui-vive incessamment Envisager à chaque instant D’être ré-éjecté vers le sanglant Pas de régularisation, Parait que je colle pas au gabarit En pour le coup une expulsion On m’offre un retour au pays Là j’ai un rancard important Des miliciens sans état d’âme Kalach’ au poing et impatients De me mettre une balle dans le crane
4.
Première descente déjà la fracture se renforce Dans les yeux que du rouge, de la haine, de la peur, du frisson Ravaler les entorses, le regret et en prime une remises en question Lâcher ou relancer les dés Et des sueurs ravivent la tare : « Pour moi cette fois, c’est terminé » Mais peut-être que demain il sera trop tard Ceintures bouclées, le jeu dépend du sort Comptez les points, épongez vos remords Même joueur, joue encore A la course au délice, au flirt avec la mort A peine remis en phase que le compteur explose Plus de freins, plus de sens que du brut de la déflagration Arrêter, mais qui ose le regret et en prime une remise en question ?
5.
Sonne le glas, réveille toi mon p'tit gars La vie continue même si t’es froid Tu crois quand même pas qu’on va en rester là ? Tu te demandes où t'as atterri, et mon mignon c'est pas fini ! C'est même plutôt la folie, une débandade à l’infini Plus de jour, plus de nuit, c'est the place to be Les bons-vivants font de meilleurs morts, Prends-moi la main, fais moi la mort Là bas Morisson plane, savoure son rhum Plus loin il y a le king qui jam avec Lennon Strummer au poker avec Joe Ramones... Voilà mec t'y est, l'île aux trépassés Tu viens d'y débarquer, J’espère que t’es accroché Ici c'est Rock ‘n Roll pour l'éternité !!!
6.
Six milliards d’hommes à l’instinct animal L’appel de la charogne, l’appétit du chacal Héritiers d’un cancer dans sa phase terminale Des cerveaux lessivés dépouillés d’idéal Héritage avarié Pour des descendants de plus en plus dressés Mis en cage, patrimoine mondial de l’indignité de l’indignité Des croyances, des foutaises défendues corps et âmes Une icône émouvante donne un sens à la fable Récession c’est le nouveau prétexte au sevrage Des pilules pour nous faire gober leur mascarade Des menaces inventées pour des dieux pour du blé Comme histoire la plus grosse boucherie organisée Pour une parfaite de maîtrise nous font croire au mirage Encore plus de traîtrise ils nous lèguent un naufrage Successeurs dépendants de ressources épuisées Avatars dans un jeu qu’ils nous forcent à jouer Des pions sur l’échiquier toujours plus vulnérables Toujours plus outragés, dégustant l’héritage
7.
Tyler Durden 00:17
Monsieur Propre astique les cuves du Titanic, mec tout est entrain de couler Vous n’êtes pas votre travail, vous n’êtes pas votre compte en baque Vous n’êtes pas votre voiture, vous n’êtes pas votre portefeuille ni votre putain de treillis Vous êtes la merde de ce monde prête à servir à tout
8.
Prérogatives d’un poisson rouge dans son bocal Tourner en rond et puis crever dans l'indifférence générale Moi si je pouvais, je serais une anguille, comme une queue raide dans son futal Qui veut sortir et tout cracher, faire éclater le scandale Je chercherai à contre-courant un exutoire Troquant mon idéal contre un peu d’illusoire Pour une bouffée d’oxygène une remontée à l’air libre Un fragment de plaisir, trois secondes de mémoire vive J'ai pas toujours eu des branchies, je peux faire usage de mes poumons Dégueuler des mois d'eau croupie prendre l'air et goûter au boxon Ardu de changer la mentalité d'un poisson Lui donner la perspective qu'il suffit d'ôter le bouchon Pour une fois défoncer la bonde, enfin goûter la liberté Ne plus croupir derrière une vitre, y balancer des pavés Je chercherai à contre-courant un exutoire Troquant mon idéal contre un peu d’illusoire Pour une bouffée d’oxygène une remontée à l’air libre Un fragment de plaisir, trois secondes de mémoire vive J'ai pas toujours eu des branchies, je peux faire usage de mes poumons Dégueuler des mois d'eau croupie prendre l'air et goûter au boxon Fallait tenter j’ai essayé me voilà dehors Peinard de l’autre côté de la vitre et je ne suis même pas mort Je pensais que ça serait la galère, ben j’avais tort Quand je revois là où j’étais alors aucun remord No mental dans mon bocal je savais pas sur quoi je tomberais Décision irréversible mais qui était à tenter. Trop longtemps enfermé je me suis enfin échappé de cette foutue routine qui me protégeait. Poisson, mouton, pigeon, trois mots pour résumer Que ça fait bien trop longtemps qu'on s'est enfermé Dans un moule standard bourré de préjugés, faisons le exploser!
9.
Même si le genre humain reste un mystère, je conçois qu'on soit con Mais je ne pourrai jamais me faire aux gens bêtes et méchants Aux cumuleurs de tares je dis qu'il faut que ça cesse Concours de bassesse, les gars qui adressent Des mots qui agressent, vraiment Même si le genre humain reste un mystère, je conçois qu'on soit con Mais faudrait mobiliser ce qu'il leur reste de raison Aux aigris de la vie, je dis que c'est pas beau De virer parano et de garder au chaud Leur théorie du complot J'ai pas envie de passer ma vie déguisé en putain d’homme-grenouille A barboter dans le flot de bile de gars qui se vident pas les couilles Ce n’est pas un programme en soi de tout niveler par le bas C'est faible et lâche à la fois, injuste, mesquin et sournois Les qualificatifs ne manquent pas Même si le genre humain reste un mystère, je conçois qu'on soit con Mais je ne pourrai jamais me faire aux gens bêtes et méchants Aux cumuleurs de tares, les gars qui encaissent Ces phrases qui blessent sont moins en détresse Que ceux qui agressent, pourtant…
10.
Calvaire 41 02:52
Je porte plainte monsieur l'agent contre l’Église et son curé Il m'a extorqué plus que de l'argent, mes idéaux, la vérité Tous les dimanche dans son église il m'a fait miroiter du bonheur contre un Je vous salue Marie et un contrat comme enfant de cœur Et j'ai trinqué à leur calice étant gamin et aveuglé Puis pisté en leur évangile l'alibi pour nous apeurer Détournement de la vérité, sermon de merde au mieux des cas Autant d'atteintes à la pensée, ils ont crucifié pour moins que ça ! Et mon vieux père si t'es au ciel, redescends donc un peu sur terre Faire le ménage ou tes adieux mais mets un terme à ce calvaire En bas il n'y a pas d'auréole, juste quelques gaillards ébranlés Alors remballe-moi ton idole Les chemins de croix, on a donné
11.
On s’était promis du scandale, de l’ironie, de la dérive L’incohérence nous faisait tripper, on rêvait d’être con pour la vie On effleurait par la musique de la débauche, de la folie Un léger parfum d’insouciance, de désinvolture, d’anarchie Et critiquant la nonchalance, on s’adonnait à la moquerie De tous ces moutons énervants, nous on ne voulait jamais grandir L’imprudence faisait notre force on résistait mais aujourd’hui On ne se retrouve plus qu’à quelques potes, les autres ont quitté le navire On fait l’impasse sur la raison au nom d’une vieille initiative Sacrifier votre rationnel, rempiler pour l’alternative Difficile de tourner les pages de me projeter dans un avenir Où la sagesse guiderait mes pas, sans inconsciences puis sans conneries Je serai un adulte responsable installé dans le conformisme Je dirais plutôt un vieux gâteux survivant à sa vie pourrie On fait l’impasse sur la raison au nom d’une vieille initiative Sacrifier votre rationnel, rempiler pour l’alternative
12.
Ça fait 20 ans que je promets à ma mère D’arrêter mes conneries, d’arrêter de me foutre en l’air, Ça fait 20 ans que ma mère désespère Moi je suis content et Bon anniversaire !
13.
A l’importance d’un plan foireux pour quelques mecs assez fauchés Aux yeux bien trop cernés A l’énergie au temps passé pour ces soirées peu convoitées A vos assos, à la non rentabilité de ces concerts A tous les groupes, à vous camarades fatigués, à vos galères A ces fanzines photocopiés par des militants acharnés Aux poches toujours trouées A ces rencontres prédestinées au coin de bars trop déglingués A vos assos, à la non rentabilité de ces concerts A vous les groupes à vous camarades fatigués, à vos galères Je lève mon verre à cet acharnement Aucune chimère ne reste insignifiante Une culture écorchée mais différente Une débâcle à finir les pieds devant A la banqueroute pour une sortie des rangs Seconde option à s’arracher les dents Opposition passive et non-payant La rage et la folie, les mains en sang
14.
Eh mec tu crois que je suis normal, ou que je devrais pnniquer ? Malgré ce que je lis dans le journal, je continue à aller voter Pour des types qui gèrent leur pays comme d'autres conduisent leur auto Sans être sûrs de pouvoir s’arrêter, sans permis, en consommant trop Eh mec tu crois que je suis normal ? Eh mec tu crois que je suis normal ? Parce que j'ai beau savoir que je suis naïf Je rate toujours mes métros, je ne prends jamais mon canif Je ne prends jamais ce ton de merde, acide et arrogant Qu'ont toujours les extrêmes qui causent à des enfants Personne n’a le droit de choisir Qui a perdu, qui a gagné Qui a gagné, qui a perdu Eh mec je crois que c'est pas normal, de se faire prendre pour des cons Qu'on tient en laisse, qu'on nourrit mal, qu'on calme à grands coups de gardénal La terre entière est en fusion mais la chaleur nous ramollit Trop mort pour une révolution, Pas de morts! Qui paiera nos pensions? Parce que j'ai beau avoir le cul dans le beurre J'ai chaud, j'ai du boulot et puis j'ai pas trop peur Bien que tôt ou tard, je resterai sur le carreau Faillite d'un système, dealer, voleur ou bien clodo Personne n’a le droit de choisir Qui a perdu, qui a gagné Qui a gagné, qui a perdu Eh mec je crois que c'est pas normal, de se faire prendre pour des cons Qu'on tient en laisse, qu'on nourrit mal, qu'on calme à grands coups de gardénal La terre entière est en fusion mais la chaleur nous ramollit Trop mort pour une révolution, Pas de morts! Qui paiera nos pensions? Eh mec tu crois que je suis normal ? Eh mec, en fait, c’est quoi normal ?
15.
J’avais envie de dire Je t’aime mais je l’ai fait il y a deux secondes J’avais envie de dire Je t’aime, tout le monde vieilli même la Joconde Je fume, déclare, je creuse des tombes On a déjà brisé la ronde, je regarde juste mourir le monde J’ai appris à me laver à l’eau froide A mettre du sable dans mon cartable Ça passe comme une fleur à la poste Mais tous les oiseaux se posent pour mourir On a même des mômes qui volent pour se nourrir De quoi survivre ou s’acheter un sourire Marie-Chantal paie pour maigrir Et mon patron me paie pour courir après la gloire du même empire Mais je vis déjà dans la gueule du loup Un quart de siècle que j’ai mal aux genoux Un seul corbillard pour bonne conduite Un seul exutoire pour qu’enfin j’existe Mais tous les oiseaux se posent pour mourir On a même pris de la drogue pour s’abrutir De quoi s’enfuir ou s’acheter un sourire Mais la musique m’aide enfin à dormir A me construire, à me guérir à me suffire, à ne rien dire J’avais envie de dire Je t’aime « mais tu l’as fait il y a deux secondes » J’avais envie de dire Je t’aime, je l’ai fait, je referme ma tombe

about

DOWNLOAD FOR FEE!


Label : Don't Trust The Hype Recordz

credits

released December 1, 2011

Enregistré par Bastien Friquet au Rising Sun Studio (Bruxelles), Polski Studio (Hanzinne) et "33" (Huissignies) en février et mars 2011. Masterisé par Rudy Coquelet
Artwork : Fabien Vervenne
----------
Recorded by Bastien Friquet at Rising Sun studio (Brussels), Polski Studio (Hanzinne) and "33" (Huissignies). Masterised by Rudy Coquelet
Artwork : Fabien Vervenne

license

all rights reserved

tags

about

CORBILLARD Belgium

Since 2010, CORBILLARD hits the road from east to west, playing an outer-grave, rapid, cutting and unrespectful punk-rock, sung in French. 400 gigs, throughout Western and Eastern Europe and Canada. Common placing in the coffin !
An efficient passage to the urns !
A beneficial trip in a hearse (Corbillard)!

Off we go towards death, off the beaten track, spitting out injuries, irony and scandal !
... more

contact / help

Contact CORBILLARD

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like CORBILLARD, you may also like: